La tête pleine de perspective, Anédie fait partie de ces femmes qui ont plus d’un tour dans leur sac. Déjà elle compte lancer des succursales de son magasin dans d’autres villes de province et invite les personnes désireuses de développer des partenariats à « rejoindre l’équipe des Scandal Beauty »

Anédie Azäel Doura, la main qui fait tourner la machine de Scandal Beauty

Miss Haïti en 2011 et 2012, Mannequin professionnelle en Angleterre et aux Etats unis. Elle a définitivement  déposé ses bagages en Haïti en 2014 pour ouvrir un magasin spécialisé dans la vente de produits de beauté: Scandal Beauty

En tant que mannequin, sa carrière a été particulièrement déterminante dans son choix de se lancer dans ce métier. L’amour du métier, elle le puise dans ses expériences comme mannequin.  Etant donné qu’elle se faisait souvent maquillée par des professionnels, elle avoue avoir appris beaucoup de choses sur le maquillage en admirant la passion et la patience de ses anciens maquilleurs. Ce qui explique que de ses deux idées de magasin. ” Scandal Beauty ” magasin d’accessoires de beauté et de maquillage; et Beauty Supply, magasin de chaussures, le premier s’est facilement démarqué. 

Consciente qu’elle n’est pas la seule à proposer des produits de beauté sur le marché, elle se démène avec intelligence pour donner à Scandal Beauty une place de choix en matière de service en prenant en compte le fait que, selon elle, le service à la clientèle à laquelle elle s’attache tant ne représente pas une priorité en Haïti. 

Un constat  qui l’a, de toute évidence, influencé dans ses choix de stratégie. Le service à la clientèle n’est pas négociable pour Anédie. De ce fait, elle ne réchigne pas sa présence auprès de ses clients et tient toujours à être auprès d’eux pour les assister. Et c’est par cette différence qu’elle croit pouvoir se distinguer de ses concurrents :

« Tout a une priorité pour moi dans mon métier mais l’important c’est le service à la clientèle et aussi l’éducation. Quand une cliente rentre au magasin, elle se sent bien et trouve toutes les informations qu’elle recherche ».

À part la vente des produits de beauté, elle met tout en œuvre pour orienter et conseiller les clients sur les soins de beauté adaptés. D’ailleurs, elle s’y attele avec la plus grande ferveur à travers des vidéos et des tutoriels publiés sur les réseaux sociaux. Elle l’affirme : sa préoccupation tient tant à vendre qu’à éduquer ses clients. Elle l’édicte d’ailleurs comme une particularité dans son métier. Et pour mieux aider ses clients à acquérir la dextérité et l’autonomie nécessaire dans le domaine du maquillage, elle organise des démonstrations, des cours de maquillage et de soins pour les cheveux gratuits chaque semaine.

En tant que manager de Scandal, qu’elle ne considère pas d’ailleurs comme un talent particulier, son rôle consiste au quotidien à régler la caisse, s’assurer que les employées ont l’ordre du jour, faire les faciales, les extensions de cils, faire la promotion des produits et gérer les réseaux sociaux du magasin.

Ce qui l’inspire c’est le sentiment de liberté qu’elle puise continuellement dans son boulot: « Le travail c’est la liberté » lance-t-elle avec satisfaction. Elle reconnait avoir fait de ce sentiment son tremplin quotidien; ce qui la pousse à aller de l’avant et présenter de nouveaux produits sur le marché.

Du sang neuf dans ce métier. Elle pense surtout l’avoir apporté par la disponibilité pour ses clients et son émission Glamour TV Show diffusée sur Télé Métropole à travers laquelle elle partage des astuces de beauté. 

Pour les jeunes désireux de se lancer, elle ne se fait pas radine en conseils. Elle les encourage de foncer tout en les mettant en garde contre le fait que le marché à Port-au-Prince est saturé. 

La tête pleine de perspective, Anédie fait partie de ces femmes qui ont plus d’un tour dans leur sac.  Déjà elle compte lancer des succursales de son magasin dans d’autres villes de province et invite les personnes désireuses de développer des partenariats à « rejoindre l’équipe des Scandal Beauty »

Add A Comment